.

« Certains ont une peur bleue de l'inconnu et refusent tout changement qui les touchent personnellement. Ils ont des idées, des projets, des rêves, mais ne les accomplissent jamais, paralysés par mille peurs injustifiées, les pieds et les poings liés par des menottes dont ils sont pourtant les seuls à avoir la clé. Elle pend autour de leur cou, mais ils ne la saisiront jamais. »

Parce qu’on refuse de s'enfermer dans nos habitudes qui solidifient l'esprit, ni dans le confort engourdissant de ce que nous avons et savons déjà faire. Nous allons saisir cette clé afin d’aller au-delà de notre peur de l’inconnu. ( cf. L.Gounelle)

samedi 25 février 2012

Touriste Glück-Team au complet ... Et le retour.

Vous l’avez tant attendu, vous en avez rêvé. Voilà ci-dessous un peu, beaucoup, énormément, à la folie de lecture, d’images et de vidéos des moments passés avec la « Touriste Glück- Team ». Mais tout d’abord, merci au Docteur Rousseau d’être intervenu auprès de l’école primaire pour présenter l’association « D’une famille à l’autre » et  l’orphelinat  Ptea Clara au Cambodge. Les Glücks y passeront en famille au mois de mars pour y laisser vos dons.
Puis, merci aussi et surtout félicitations (mini-Glück est trop fier) à tous ceux qui ont participé à la vente de gâteaux à l’école primaire, des cuisiniers au chef de cuisine (Laure), aux bénévoles, aux vendeuses et surtout aux acheteurs et acheteuses. N’oubliez pas qu’il y aura une deuxième vente le vendredi 2 mars à 16h40.


Mercredi 15 février

Ce mercredi, matinée libre. Thierry part de son côté pour tenter de faire réparer son ancien appareil photo étanche. Mais cause perdue, la maison Olympus comme tant d’autres préfère vous faire croire qu’il vaut mieux acheter un autre appareil que de le réparer. Du chiffre, du chiffre… De son côté, Julien repart à l’aventure. Eh oui ! Il va chez le coiffeur. Ce coup-ci aucun trou à déclarer. Pendant ce temps-là, Marie profite de ses vacances, elle sommeille.
Après la publication du dernier message, Glücks et Glückette se retrouvent et partent en direction de l’aéroport retrouver les Essartais-Mouchampais dont l’arrivée est prévue à 14h25.
Bonne surprise, ils sont en avance, heureusement car le programme est serré.
Tout le monde est en forme et heureux d’être là. La « TOURISTE GLÜCK- TEAM » est au complet !
On part immédiatement pour la gare ferroviaire afin de prendre un train à 18h30 en partance pour Surat Thani au sud du pays.
Arrivés à la gare, nous avons largement le temps. Du coup, on trinque à nos retrouvailles avec une Léo (Clin d’œil à Léo qui nous a tuyautés avant notre départ).
18h, tout le monde debout ! Qué paso ?!? Alors, on nous explique que chaque jour à 18h et 8h le matin, l’hymne national est diffusé dans les lieux publics et qu’il faut s’immobiliser et se mettre debout face à la photo du Roi, le temps de l’ode.
18h30, le train se met en branle. C’est un train de nuit avec des couchettes qui sont mises en place dès 19h30. Visiblement, le mot d’ordre est dodo.

Heureusement, on aura le temps de trinquer au Kiki. Sans verres, on fait comme à la maison ! Tout le monde apprécie.

Moyen de transport assez confortable en dehors de la clim qui nous frigorifiera tous dans la nuit et aussi typique, avec les toilettes ouvertes directement sur la voie ferrée.



Jeudi 16 février

Joyeux anniversaire Julien !!! Vivement ce soir qu’on trinque. 6h30, arrivés à Surat Thani, nous montons dans un bus (1h) pour aller au port. Ah, les nouveaux arrivants sont tout de suite dans le bain. On enchaîne : vers 9h30, nous embarquons sur un bateau rempli de touristes Glücks en direction de l’île de Koh Pha Ngan.
Nous arrivons sur l’île aux alentours de 12h. Nous montons dans un songthaew pour rejoindre notre hôtel en bord de mer.
« Claro », pour les Glücks aussi ça va être des vacances. OK, l’endroit est quand même un peu moche pour fêter ses 31 ans, on vous l’accorde…


Après-midi cool, on profite des bottereaux de Jeannine. La nuit tombe dès 18h30, nous attaquons alors l’apéro.
À la tienne Julien. En cadeau, deux nouveaux T-shirts 4-20-5 !  Va falloir qu’ils pensent à nous sponsoriser pour de bon… Si vous nous lisez !?


Vendredi 17 février

Dès le petit déjeuner, Marie s’en fout, elle ne peut cacher son côté Pineau, son côté Gérard.

Chrichrof a utilisé pour la première fois la douchette, vous pouvez constater le résultat…

Voici à quoi ressemble une douchette car il n'y a pas de papier toilette. Certain y prennent goût…
Tous dans un songthaew en direction d’une plage au nord de l’île.

Déjeuner... Allez ! Au tour de Laure de faire son Gérard.
Endroit idyllique, programme vraiment chargé à l’ordre du jour… Snorkeling, sieste, massages, rien et aussi rien. Tout le monde s’en sort à merveille.  







 

 
Vers 18h, retour à l’hôtel. Chacun vaque à ses occupations. Nanar (François) et Chrichrof (Christophe) trempent dans la piscine avec une bière à proximité (un coup de chaud est si vite arrivé même à la nuit tombée).
Première connexion internet de groupe. Après le déballage de cadeaux pour Julien, déballage de commentaires : les parents avaient peur d’oublier. La Cossardière, Thérèse, Fred, Karine, Boid sont dans la place (wouech gros), mamie surf sur le web, Marion Thejug aime la Chine, les frangines s’amusent bien, Julie via ses enfants, veut nous faire croire qu’elle bosse. Puis déballage de mails aussi ! Tout ça fait toujours plaisir. Après le dîner, un peu de bon temps sur la plage (ça faisait longtemps), puis tout le monde aux abris en raison de la pluie qui commence à tomber.


Samedi 18 février

Nuit mouvementée pour la plupart ! Difficile de trouver le sommeil avec les grondements ou plutôt les effroyables fracas de l’orage qui s’est abattu sur l’île après les premières gouttes. On s’apprête à louer des scooters, mais l'orage et la pluie nous tombent dessus tout juste avant de chevaucher les engins.
Ce n’est que partie remise. En attendant une amélioration, farniente, billard, lecture, mots croisés, jeux de cartes et blog au planning. 
Apéro, éclaircie, et c’est parti avec quatre montures motorisées pour arpenter les environs.

On visite un temple bouddhique avec son chat bouddhiste.

On s’arrête devant une ferme aux éléphants. Mini-Glück en profite pour monter un éléphant. Animal sacré en Thaïlande, utilisé autrefois dans l’exploitation des forêts. Les forêts ayant en partie disparu, ils se rendent utiles au tourisme.

On reprend la route en direction d’une cascade. En chemin, on double des éléphants, drôle d’impression. Hein Chrichrof ? Pas tous les jours qu’on double un pachyderme ?


Une petite halte casse-croûte au bord d’une jolie plage.
Puis, boom… La nuit tombe apportant ses nuées de moustiques si agréables. Les Français râlent, tout va bien. On rentre de nuit à l’hôtel. Une petite douche et on repart pour une fondue Thaïlandaise ! Tout à volonté, mais surtout on se régale. Chemin faisant, on s’arrête trinquer dans un bar karaoké avec un ladyboy comme serveur, trop chou. Puis on termine par une virée nocturne dans la station balnéaire, dixit Chrichrof « Ça tapine dur dans le bourg ! ».


Dimanche 19 février

La phrase du jour «  On a pris des couleurs !?!... » On quitte l’île ce midi : bateau, bus, train de nuit pour rallier Bangkok. Bref, journée transport !

Nanar montre ses photos à sa petite femme...
 
Ah si ! On ne va quand même pas oublier l’apéro express dans le train, ou plutôt "effet express"… sur les filles… On en rigole encore et le front de Marie s’en souviendra quelques temps.


Lundi 20 février

9h passées, on pose le pied sur le quai de la gare. Pas très folichonne comme nuit ! Le Français râle… Tout va bien. On enchaîne, un café et on reprend un billet de train pour Pak Chong à 3h30 au nord-est de la capitale afin de rejoindre le parc de Khao Yai. Tout le monde en a marre des transports, vivement qu’on arrive. Nanar profite du wagon bien aéré pour lancer une attaque "gaz sarin"...
Arrivés à la gare de Pak Chong, une partie du groupe entame les négociations de logement et de trekking avec deux Québécoises rencontrées dans le train, Joseane et Kristen. Elles ont du mordant les petites ! On finira tous les neufs dans la même guest-house un peu en dehors de la ville, mais avec un programme déjà bien défini. On se pose tranquillement dans le jardin avec une énorme araignée. On déguste quelques noix de coco en attendant Julien parti en scooter avec la patronne des lieux pour aller chercher notre déjeuner Thaï à emporter. Mini-Glück en profite pour se présenter à Joseane et Kristen.
 Arrête de tirer les cheveux de Joseane.  Quel chenapan !…


Julien arrive et nous explique son aventure pour nous trouver à manger. Merci Juju, la soupe Thaï est extraordinaire. Les épices sont à part, heureusement car tout le monde n’apprécie pas de pleurer, de suer de tout son corps et d' avoir la bouche en feu en mangeant.

En fin d’après-midi, nous partons tous ensemble dans un songthaew pour aller voir les chauves-souris sortir à la tombée de la nuit. Arrivés sur place, on n’est pas les seuls. C’est donc le truc à voir dans la région visiblement… Les Glücks sont sceptiques. Pas pour longtemps car nous n’aurons pas assez de mots pour décrire le ballet incessant des milliers de chauve-souris qui sortent d’une grotte au sommet d’une colline pour aller dîner…

La vidéo youtube.




Une vraie soirée Batman. Nanar, es-tu en mode "coucher de soleil" ??? Il s’est découvert une passion pour la photo notre Bernard national, et en plus, il assure ! Un vrai Daniel !

On finit la soirée sur le marché nocturne. On y dîne en goutant çà et là les différentes spécialités locales.


Mardi 21 février

Aujourd’hui, nous allons treker dans le parc national de Khao Yai. Après un peu de route, nous voilà avec notre guide dans un écrin de verdure. On vient surtout ici pour (essayer) de voir des éléphants sauvages.
On commence la randonnée dans la jungle appelée « Ever green ». Des arbres gigantesques aux multitudes de racines sont au rendez-vous. On voit des écureuils puis des singes,  des gibbons (vidéo), qu’on entendait déjà au loin.










On traque les éléphants. On voit leurs crottes, les dégâts causés par leur passage, mais pas les éléphants. Et d’après la guide, il vaut mieux les voir en 4x4 car si on tombe sur une mère avec son petit, elle nous chargera. Seule échappatoire : se cacher derrière un arbre assez gros pour pas qu'elle le déracine…

Ensuite, on arrive par la brousse appelée « Dry Forest ». Avec ses longues herbes sèches et sa terre rouge, on se croirait dans un safari.


Après le déjeuner, on continue notre marche vers des cascades. On se baigne. L’eau est un peu fraîche mais quel bonheur avec cette chaleur ! Nos deux Québécoises font le show à vouloir des clichés en sautant dans l’eau, ou agrippées à la paroi, ou sous la cascade etc.




Une petite blagounette de français... prise au bon moment par notre photographe officiel, Nanar.


On rebrousse chemin et on passe devant une cascade du film la plage.


Puis, on continue notre traque aux éléphants mais cette fois-ci en jeep.
La chance ne nous sourira pas. Le soir, on trinque tous ensemble à ce bon moment passé dans la brousse thaïlandaise, même si on est un peu déçu de ne pas  avoir croisé la bête. On se couche tous fatigués. Ça va ronfler dans les chaumières !


Mercredi 22 février

Retour à la gare, direction Bangkok. Notre train est en retard, normal, et ce coup-ci on voyage en troisième classe, un vrai train de Glück-aventure.
Arrivés à la gare, on dit au revoir à nos amies québécoises. Puis, notre traductrice, Marie du verger, nous aide à dégoter un hôtel plutôt classe pour bien finir le séjour. Souhait de la « Touriste Glück-Team », sans l’avis des Glücks, ou plutôt les Glücks doivent la fermer et accepter le cadeau… Merci les amis !
On quitte la gare en tuk-tuk après de longues négociations. Chaque transport est une aventure : on n’est pas déçu.


Arrivés à l’hôtel, on nous ouvre la porte et on veut porter nos sacs. Mais difficile pour le Glück de lâcher son sac à un inconnu après 8 mois de voyage.  On pose nos affaires dans la chambre et tout le monde à l’eau pour un lâchage sous-marin.
Balade nocturne pour notre dernier soir. On part avec un taxi et un tuk-tuk dans un coin plus animé de Bangkok. En chemin, les deux pilotes se tirent la bourre… Chaque transport est une aventure, on vous dit. On ne pouvait partir de Bangkok sans voir les rues chaudes… Ça tapine, ça tapine ! Ahurissant, c’est un vrai marché aux bêtes. Elles sont là, à attendre sur les trottoirs et nous appellent : « Hey Mister ». Certaines sont réellement ravissantes… D’autres réellement jeunes… Le débat s’installe entre nous. On s’arrête dîner et boire un verre dans un pub irlandais, oui, en Thaïlande ! L’appel de la nourriture européenne est trop fort. Après notre commande, on a une conversation des plus surprenantes avec la serveuse. Elle nous vante tous les charmes de son pays et nous dit qu’on doit tous les goûter… Y compris ceux dans la rue…  Carrément surprenant. On comprend que le sexe est dans les mœurs, ici. C’est aussi commun de voir des blancs avec des filles locales bien plus jeunes qu’eux. Une facette de plus de découverte dans ce monde surprenant.

Après les bonbons « chacha », on trouve même un hôtel ! Les Châtaignier sont comme les Chinois, on en trouve partout.


Jeudi 23 février

Un petit tour matinal à la piscine, puis on quitte l’hôtel pour visiter une partie de Bangkok. Pour ça, on s’attribue les services d’un bateau, une longue barque en bois avec un moteur de camion.



On s’arrête au « Temple of Dawn » puis au « Temple Wat Po » avec son Bouddha couché, le plus grand du monde.





Puis, on flâne dans Chinatown, on y déjeune et on fait du shopping.


On rentre à l’hôtel avec le "Schumacher" du fleuve. On se fend la gueule.

Une dernière frayeur pour finir : il nous laisse sur un quai… sans issue. Heureusement, notre pilote n’est pas très loin quand on s’en rend compte, alors on crie tous pour qu’il vienne nous reprendre. Il nous redépose sur un autre quai un peu plus loin. Ouf, un peu plus, tout le monde restait à Bangkok !

Le soir, on mange dans une petite gargote. Le moment des adieux approche.

La « Touriste Glück-Team » rallie l’aéroport en métro puis en train. Thierry quittera le groupe en chemin pour trouver un hôtel et abréger les adieux. Julien les accompagne jusqu’au contrôle. On apprendra plus tard que vous avez eu chaud les amis ! Ah, le temps s’égrène vite et toujours plus vite quand il faut partir !…

Merci à vous les ami(e)s pour tout ce que vous nous avez offert : à boire, à manger, à dormir, votre bonne humeur, votre anglais inoubliable (à part Marie), vos chamailleries, vos rires, tous ces bons moments mémorables. Vous avez découvert une petite partie de ce que représente un voyage autour du monde. Des heures de transport qui sont à chaque fois une aventure, des kilomètres de marche à pied pour découvrir un lieu, les difficultés de communication, le plaisir des échanges avec les autres, la nourriture différente, la culture différente voire curieuse (la douchette va vous manquer), la nature toujours surprenante.
Pfffff, est-ce qu’on doit vous dire qu’on vous Glück-approuve ? On avait grave envie de vous Glück-rejeter, mais on serait les premiers embêtés. Quoi dire ? Parfois, les silences valent mieux que des longs discours.





Vendredi 24 février

Ce matin, c’est l’heure de vérité, les Glücks ne sont pas au top ! Oui, le départ de la « Touriste Glück-Team » nous laisse un vide et nous rend tristes mais le problème n’est pas là. Justement, nos amis nous l’ont fait remarquer. On est fatigué et on n’est plus les mêmes. La vérité est évidente, on est à bout. Notre corps en pâtit depuis le départ et la tête suit. On devient des robots. Tout penser, tout contrôler, tout surveiller, tout visiter et tout partager, nous use à petit feu. Nous perdons le goût, le plaisir de notre voyage. À quoi bon continuer plus de trois mois sans saveur ? Serons-nous capables de tenir un long trek au Népal ? On connaît la réponse, c'est non ! On pense à tous ceux qui nous suivent, à mini-Glück, à toi Marion qui devait nous rejoindre au Népal, mais là, on doit penser à nous. On refuse d’y laisser notre amitié (Glück d’un jour, Glück toujours) et surtout notre santé. Nous ne nous reposerons pas ici, même dans le meilleur des hôtels, autre chose nous manque… Les amis ont été le révélateur de tout ça, merci avec un grand M.
Nous l’avons affrontée et dépassée notre peur de l'inconnu. Nous avons bouleversé nos vies pour accomplir cette idée, ce projet, ce rêve. Nous l’avons saisie la clé qui pendait autour de notre cou et on est fier de ça. Nous avons atteint nos limites. Alors, nous prenons la décision de rentrer après le Cambodge. Profitons du mois qu’il nous reste, dévorons et vivons cette dernière ligne droite.

On déjeune autour d’une pizza (merci Chrichrof). Les Glücks ne veulent pas se laisser abattre. Soulagés de notre décision, l’aventure continue de plus belle. Pour preuve, on part ensuite à la gare réserver notre train pour convoyer en direction du nord, Chiang Mai, dans la nuit de samedi à dimanche. On devrait sûrement y retrouver nos deux Québécoises, "tabernacle et caribou".


Samedi 25 février

Thierry au clavier, Julien au tri des milliers de photos prisent par la troupe, on passe notre journée à réaliser ce message blog avant de prendre le train de 18h30.


15 commentaires:

  1. Vous êtes bien courageux!!
    C'est bien de prendre conscience de vos limites.
    Prenez soin de vous et contente de vous revoir plus rapidement que prévu...
    Profitez du temps qui vous reste

    RépondreSupprimer
  2. N'ayez aucun regrets les amis, ce que vous avez déjà accompli est énorme, et vous l'avez fait, là ou beaucoup de monde aurait dit non. C'est une merveilleuse expérience. On pense fort à vous, profitez de la fin de votre périple, nous serons là pour vous à votre retour. Nous vous embrassons.

    RépondreSupprimer
  3. Bon courage messieurs et bon dernier mois. Je récupère le blog après l'avoir laché pendant quelques posts, vous faites vraiment quelque chose de top !!

    Profitez bien.

    RépondreSupprimer
  4. Alos, moi je dis chapeau les Glück ! D'abord pour le chemin parcouru mais aussi pour cette sage décision. En attendant, nous avons hâte de vous retrouver au Cambodge et de partager ces derniers moments de votre voyage avec vous.

    Carpe Diem,
    Plein de bisous,

    RépondreSupprimer
  5. Quand le corps dit non, il faut savoir s'arrêter!! vous avez vécu des moments forts avec la peur certains jours. Après cette expérience vous avez certainement un autre regard sur la vie. Bravo les gars!!

    RépondreSupprimer
  6. Hyyy guysss!!! (je ne sais pas comment l'écrire mais vous comprendrez surement!!)
    Effectivement notre départ de Bangkok fut assez mouvementé avec un hurry up,hurry up crier par une dame de l'aéroport pour l'embarquement!! c'était juste juste!!
    La décision que vous avez prise n'a pas du être simple mais n'ayez aucun regret, ayant revu Thierry pendant 10 jours et retrouvé son humour, je me demande même comment t'as fait pour tenir 8 mois dédé!!! je rigole Thierry. Encore un grand merci à vous car vous n'auriez pas fait votre tour du monde je ne pense pas que j'aurais passé un super séjour en Thaïlande!!! Je pense que de retrouver caribou et tabernacle va vous rebooster un peu!!
    Profitez a fond de votre dernier mois surtout, bonjour aux Québecoises

    Byyy guysss!!!!

    RépondreSupprimer
  7. L'annonce de votre retour plus vite que prévu n'est pas une fatalité. Vous avez déjà passez 8 mois avec des hauts et des bas... mais surtout des souvenirs gravés à jamais dans vos mémoires...La promiscuité n'a pas du être tous les jours facile...Vous avez tenu bon...Perso serais je capable de vivre 24h/24, 7j/7,??? avec la même personne ... Je ne sais pas... Je ne pense pas...

    Vos corps respectifs vous disent stoppent: plus de plaisir, plus d'envie, plus de...mais la santé est primordiale (je sais ce qu'il en est avec mon métier)...

    N'ayez aucun regret, aucun remord... Continuez à vivre votre aventure calmement, doucement, simplement...avant notre arrivée !!!

    Et puis s'il faut vous ramenez dans nos bagages et bien tant mieux, tant pis ou autres...

    Je me posais déjà la question comment feriez vous après notre départ du Cambodge... pour ces 3 derniers mois d'aventure...
    Les visites des parents, des amis et de nous vous fixaient des points à rallier...L'arrivée aussi de Mini Gluck vous a reboosté et vous a donné un fil conducteur à votre projet commun...

    En tout cas juste pour vous dire que quelque soit la décision que vous prendrez pour la suite de votre aventure.
    Nous la respecterons totalement. Allez les Glücks je suis de tout coeur avec vous et tellement FIERE de vous.

    PLEIN DE GROS BISOUS

    P.S Pour être Glück Approuvé, y'en a qui ferait n'importe quoi !!! ;-)

    RépondreSupprimer
  8. Mick et Thérèse26 février 2012 à 13:57

    C'est une décision honorable de votre part, et c'est certain, vous connaissant, que cela n'a pas été simple de prendre conscience de vos limites. Et en même temps, 3 mois, 5 mois, qu'est-ce que ça change ?? Le principal, c'est que vous avez réalisé votre p..... de rêve de déglingo !! Vous avez eu le courage de tout laisser pour cette clé qui vous a ouvert les portes d'un autre monde, celui de l'inconnu et rien que pour ça, je vous dis chapeau ! Après "qui c'est les plus beaux", place à qui "c'est les plus forts" ??!! :-).
    Vous avez dû vivre des choses extrêmes et cela a certainement dû vous changer, en même temps vous en serez peut-être plus intéressants... Ah oui, moi par contre, je n'ai pas changé ! ;-).
    Profitez pleinement de cette dernière ligne droite avant de retrouver vos proches, soyez heureux tout simplement,et pensez à vous !!
    Mon concubin et moi-même seront donc heureux de vous accueillir plus tôt dans notre demeure, car vous avez une crémaillère de retard mes potes !
    Prenez soin de vous, bisous.
    Mick et Thérèse.

    RépondreSupprimer
  9. Toujours autant de plaisir à vous lire, les Glücks !
    Et même si votre épopée prend fin de façon un peu prématurée par rapport à vos projets initiaux... quelle belle aventure, non ?
    En espérant vous recroiser un de ces jours sur nos terres gauloises...
    David.

    RépondreSupprimer
  10. Merci, Merci à vous deux pour ce superbe voyage (bien calé dans notre fauteuil), nous avons pu suivre votre périple, des photos magnifiques, des paysages de toutes beautés,accompagnés de commentaires dignes de guides locaux.
    C'est un petit peu plus court que prévu, mais vous avez tellement vécu à fond cette vie de baroudeur. Vous avez la sagesse d'écouter les réactions de vos corps. Vous allez revenir avec des souvenirs inoubliables, gravés à jamais. Vous n'aurez plus la même vision du monde, vous allez beaucoup relativiser les petits bobos de notre vie occidentale.
    ET PUIS... il faut bien en laisser...pour avoir d'autres rêves et projets dans quelque temps. L'envie d'aller explorer cette autre partie du monde.
    Profitez bien de ce dernier mois avec la famille.
    Bernadette B

    RépondreSupprimer
  11. Coucou, on vient de rajouter la photo qui remporte le prix du grand reporter Glück, après l’avoir récolté sur l’appareil de Joseane. Une photo du plus bel effet capturé par notre ami Nanar avec l’appareil photo de miss caribou lors d’un lancer de pierre (accidentel bien sûr…) de Thierry. Tout simplement ÉNORME. Le lien à copier coller dans votre naviguateur pour gagner du temps : http://3.bp.blogspot.com/-esZOG68tBMc/T0pfgeJqPSI/AAAAAAAAE7o/GBXDKzYgaX8/s1600/P1010196.JPG

    RépondreSupprimer
  12. Une chacha raportée27 février 2012 à 09:16

    Vous formez une belle équipe! Hâte de voir les photos de nanar...et pourquoi pas de visionner un petit reportage "Glucks" et de vous écoutez raconter vos rencontres, vos découvertes, vos activités... Sage décision que celle que vous avez prise.Profitez bien de ce mois à venir, voyagez pour ceux qui n'ont pas la force, ou le courage de faire comme vous et puis...bon retour en France.

    La belle soeurette de Nanar!

    RépondreSupprimer
  13. vous êtes les meilleurs..... :)

    RépondreSupprimer
  14. Salut les aventuriers.
    Un grand merci pour tout cela, pour toutes ces photos, pour tous ces commentaires, pour tous ces moments partagés.
    Peu de message de notre part (même si je suis, quand même, allé voir où était Wyoming au Canada: ça vaut Rochetrejoux!). Mais on était toujours derrière vous...
    Demain : on sera toujours avec vous. Là pour vous accueillir et là pour la suite encore.
    Soyez fiers de ce que vous avez fait. Peu aurait suivi, moi le premier. Je n'aurai plus le même regard sur mon p'tit cousin. Déjà qu'il m'épatait, là je dis respect!
    La bise à vous et enjoy ce dernier mois!!!

    RépondreSupprimer
  15. Flo & Bruno1 mars 2012 à 14:12

    Coucou les Glücks! Eh ben votre décision nous fait un drôle d'effet. C'est très courageux de votre part de savoir la prendre et de garder un bon souvenir de votre expérience. Ceci dit, ça va nous faire encore plus gamberger... Serons-nous capables de nous supporter tous les 5 24h/24, 7j/7 pendant 1 an?
    En tous les cas, vous avez fait un formidable parcours jusque là et on vous souhaite un très bon dernier mois de voyage! Profitez-en doublement!
    Finalement, ça va nous laisser plus de temps pour échanger avec vous entre votre retour et notre départ :-)!!
    Bises à vous 2.

    RépondreSupprimer

Merci de signer vos commentaires. Nous n'afficherons pas de commentaire inconnu.
- En dessous dans "Commentaire : Sélectionner le profil...", sélectionner "Nom/URL"
- Saisir votre nom (ou pseudo connu) dans l"intitulé "Nom". Et ne rien mettre dans URL
- Cliquer sur "Publier commentaire", rentrer le code et c'est parti